Citation(s) du jour : Robert E. Lee commente le siège de Sébastopol (1854-55)

Robert_Edward_Lee5 décembre 1854 : « C’est une chose d’envoyer un certain nombre d’hommes dans un pays lointain, et une autre de les tenir prêts dans les tranchées et les batteries. La maladie, le travail constant, l’exposition et la bataille réduisent les rangs de manière stupéfiante. »

28 février 1855 : « La si profonde différence de condition entre les troupes françaises et anglaises […] montre indéniablement la supériorité de l’organisation des unes sur les autres. Combattre est la part la plus facile de la tâche d’un soldat. Le guet, l’attente, le travail, la faim, le froid, la fatigue, les privations, voilà qui pèse sur le corps et mine l’esprit. C’est là que la discipline parle ; que l’attention, nuit et jour, de la part de l’officier est si nécessaire. Ses yeux et ses pensées doivent être continuellement tournés vers ses hommes. Leurs besoins doivent être anticipés, leur confort assuré. Les officiers anglais laissés dans l’ignorance de ces nécessités par le règlement doivent les apprendre aujourd’hui de la terrible expérience. »

Lettres de Robert E. Lee à Jérôme N. Bonaparte (Washington & Lee University)

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans Citation, Documents, Histoire militaire XIXe, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s