Question du jour : Quelle était l’origine des (à peu près) 3 millions de combattants de la guerre de Sécession ?

La réponse en une petite infographie certes moche, j’en conviens bien volontiers, mais toute personnelle et réalisée avec cœur.

On y note que les citoyens américains « de souche » ™ ne constituent qu’une petite moitié des effectifs (environ un million d’hommes quand même), le reste étant constitué de de naturalisés américains mais nés à l’étranger (cas de Regis de Trobriand, né français mais naturalisé américain de mémoire en 1855), de diverses minorités étrangères (environ 25%, essentiellement allemands et irlandais), ou encore de volontaires indiens et bien sûr d’environ 200000 (les chiffres oscillent entre 175 et 230000 selon les études) noirs américains, soit environ 10% du total, pour moitié libres et pour l’autre moitié d’anciens esclaves en fuite ou libérés au cours de la guerre.

Côté confédéré, le Sud ne recevant qu’une part infime de l’immigration arrivant dans le pays, la cohésion « ethnique » et nationale est évidemment bien plus forte. Sur une estimation classique et médiane de 900000 hommes (aucune certitude, les évaluations allant d’improbables 600000 à 1,2 million)  on trouve une proportion d’environ 90% de « blancs américains » et seulement 10% de volontaires étrangers déjà installés au Sud ou ralliant la Confédération au cours du conflit. Les esclaves du Sud ne sont pas comptés ici car, sauf cas tout à fait marginal, non combattants, mais il convient de ne pas oublier le rôle essentiel qu’ils jouent malgré eux dans l’effort de guerre confédéré en assurant, outre la production agricole et industrielle,  la plupart des travaux de main d’oeuvre, la logistique et les transports. Leur seule présence permettra à la Confédération de mobiliser d’une manière ou d’une autre la quasi totalité de sa population blanche en age des porter les armes, atténuant (un peu) l’écrasant poids démographique du Nord.

Enfin vous aurez noté, et je vous en remercie, le drapeau pan-africain totalement anachronique ici (puisque datant de 1920) pour évoquer les combattants noirs de l’Union, mais plus évocateur à cette échelle que l’emblème de l’USCT.

 

 

 

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans Documents, Histoire militaire XIXe, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s