Cochet / Porte : Histoire de l’Armée française 1914 – 1918

L’Histoire de l’Armée française de François Cochet et Rémy Porte fera tout à la fois date et partie des ouvrages que l’on retiendra prioritairement parmi la pléthore de productions inégales générées par les quatre années de commémoration du centenaire de la Grande guerre.

Alors que les approches historiographiques récentes, pour légitimes qu’elles soient, tendent à s’émietter, à englober, et/ou à se décrocher du fait militaire proprement dit pour ne voir dans la guerre qu’une sorte de contexte figé et quelque peu monolithique (« les tranchées »), et dans ses acteurs, directs ou indirects, avant tout des victimes d’un phénomène immanent, l’ouvrage propose de revenir au phénomène combattant proprement dit et de combler une vraie lacune; celle d’une véritable synthèse moderne de l’appareil militaire français et de son évolution,  dans un cadre strictement circonscrit à ces quatre années de « mort de masse » où il connaît une profonde et unique révolution de ses structures, de ses pratiques et de ses représentations. « L’armée victorieuse de novembre 1918 a davantage de traits communs avec celle de la fin du XXe siècle qu’avec celle qui était entrée en campagne quatre ans plus tôt » rappellent ainsi utilement les auteurs dès l’introduction.

Les cadres et les institutions, l’organisation, les hommes, le matériel, les armes et services, les doctrines ainsi que leurs évolutions entre 1914 et 1918, tous les aspects – sans oublier les questions spécifiques à la Marine et à l’Aéronautique – sont tour à tour remarquablement synthétisés sans lourdeur ni complexité technique propre à décourager le « profane », puisant, au contraire, là où il le faut, les exemples précis donnant du corps et de l’âme à l’analyse. Les questions du  commandement et ses évolutions, de la discipline et de l’obéissance, sont en particulier longuement et finement analysées, très loin des clichés figeant, là aussi, « le soldat » ou la « caste des officiers » dans des représentations monolithiques sacralisées ou honnies. L’un des nombreux mérites et intérêts de l’ouvrage est d’ailleurs, en général, de montrer s’il en était besoin que, pas plus que pour d’autres institutions ou sociétés particulières, la société militaire, qui plus est celle de 1914-1918 se confondant largement avec l’ensemble de la nation, ne saurait être perçue et analysée comme un ensemble unique aux comportements figés mais évolue au contraire de façon considérable tout en présentant une infinie variété de réalités et de situations différentes.

Une synthèse de référence sur un sujet souvent trop « technicisé » ou, à l’inverse, un peu écarté et brossé à trop gros traits.

Cochet (F) et Porte (R), Histoire de l’Armée française 1914-1918, Tallandier, 2017, 520pp

 

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans 1ère guerre mondiale, Histoire, Publications, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s