Interlude musical : Cuts and Guts, le cri déchirant des pilotes des Marines dans le Pacifique

L’impressionnant « murderer row » d’Ullithi (Carolines) et son alignement de porte-avions illustrant l’extraordinaire montée en puissance de l’US Navy, fin 1944

Aujourd’hui, et parce qu’ils le valent bien, petit clin d’œil aux porte-avions américains à l’heure des polémiques autour de la dernière génération coûteuse et controversée des « flat tops » nucléaires entamée avec le Gerald R. Ford actuellement en essais.

Voici donc Cuts and Guts, un chant des aviateurs de l’USMC (le corps des Marines; Greg « papy » Boyington, vous connaissez ?) dans le Pacifique pendant la 2e guerre mondiale. Pour peu qu’on comprenne l’anglais (mais le texte perdrait sa sonorité particulière à la traduction), le ton est rapidement donné : Entassés à 20 ou 30 chasseurs sur de petits porte-avions d’escorte (CVE) assemblés à la hâte par dizaines, parfois à partir de la coque de vieux cargos, tenant la mer par l’opération de la Providence et au pont d’envol évidemment des plus limité, les pilotes des Marines y jalousent le « confort » de leurs collègues de l’Air Force basés à terre ou de la Navy montés sur leur « big flat tops », véritables « rois » des mers aux mensurations autrement plus impressionnantes.

La promesse finale est, une fois le compte du Japon réglé, de revenir eux-mêmes couler les coques de noix sus-mentionnées. Ce sera d’ailleurs inutile, la plupart de ces navires ayant rendu d’immenses bien que discrets services à la fois dans le Pacifique et dans l’Atlantique, seront désarmés, mis en réserve, voire reconvertis en cibles flottantes peu après la fin de la guerre.

Refrain:
Cuts and guts, cuts and guts
The guys that make carriers are nuts. Are nuts!
Cuts and guts, cuts and guts
The guys that make carriers are nuts

uss lunga point cve 94

1:
Navy fliers fly off the big carriers
Army fliers aren’t seen oe’r the sea
But we’re in the lousy Marine Corps
So we get these dang CVE’s!

2:
O Midway has thousand-foot runways
And Leyte, eight hundred and ten
We’d still not have much of a carrier
With two of ours laid end to end

3:
Our catapult shots are so hairy,
Our catapult gear is red hot
It never goes off when you’re ready,
It always goes off when you’re not!

4:
We envy the boys on the big ones.
And we’d trade in a minute or two,
‘Cause we’d like to see those poor bastards
Try doing the things we do!

5:
Some day when this fracas is over
And back at El Toro we’ll be,
We’ll load up with rockets and napalm
And we’ll sink every damned CVE!

A gauche, le « Big E », l’USS Enterprise (CV-6), porte-avions d’escadre de 21000 tonnes, légende du Pacifique

A droite, l’USS Altamaha, petit porte-avions d’escorte (CVE-18) de 8000 tonnes

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans 2e guerre mondiale, Histoire, Histoire militaire XXe, Humeur, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s