Il arrive qu’on se trompe, mais pas toujours : deux-trois considérations rapides sur les élections américaines

 us-flag_of_the_united_statesOn a entendu beaucoup de choses et en particulier pas mal de bêtises concernant l’élection américaine ces derniers jours, y compris dans les médias de la part de gens prétendument très informés; ceci aura la vertu (chouette !) de relativiser ses propres limites.

Donc sans prétention mais simplement pour essayer d’éclairer quelques points pouvant paraître légitimement obscurs à certains :

Les élections américaines sont indirectes (les électeurs désignent les grands électeurs qui désignent à leur tour le président) et prennent en compte dans leurs modalités à la fois les états et les populations : il n’y a pas 1 élection nationale mais 51 élections locales juxtaposées (50 Etats + Washington DC)

2016-electoral-2– Chaque état vote indépendamment et le vainqueur y rafle (sauf 2 exceptions) la totalité des sièges de « grands électeurs » dont le nombre varie en fonction de la population. Ces grands électeurs (538 au total) élisent le président dans un second temps (décembre). Celui-ci entamera son mandat fin janvier 2017.

– Le nombre de Grands Électeurs par état, au minimum 3 et au maximum 55 est évolutif et proportionnel à la population mais ne correspond pas exactement aux différences réelles; chacun disposant au minimum d’un Grand électeur par sénateur (2) et au moins 1 pour sa population, aussi faible soit-elle : par exemple le Vermont (650000 habitants) et le Delaware (950000) ont 3GE; le Nebraska a 5 GE pour 2 millions d’habitants, la Virginie 13 GE pour 8,5 millions d’habitants, la Californie 55 GE pour presque 40 millions d’habitants. Injuste et non démocratique ? Chacun se fera une idée, mais la plupart de nos élections, à commencer par les législatives (scrutin majoritaire par circonscription), ne reflètent pas non plus exactement les populations ou les électeurs en proportion.

2016-electoral-1Ceci explique donc aux Etats-Unis la possibilité de remporter l’élection sans avoir la majorité des suffrages au plan national (C’est la 5e fois que ça arrive, la dernière fois en 2000 pour l’élection de Deubeuliou Bush). De la même façon, il est très fréquent qu’un président américain soit élu sans avoir la majorité absolue des votes populaires. Exemple, Abraham Lincoln élu en 1860 avec 40% des voix nationales, ici Trump avec 47%

Pourquoi ces spécificités ? C’est le fruit des compromis originels complexes de la constitution américaine et de la volonté de conserver un équilibre entre les populations et les territoires, évitant par exemple (entre autres considérations, dont le « poids » des esclaves) que les villes écrasent les campagnes sous leur poids électoral. Autrement dit, aussi faiblement peuplé soit-il, ce système garantit à chaque état américain constitutif de l’Union (le nom « Etats-Unis » n’est pas là pour faire joli) d’avoir voix au chapitre en tant que tel. (Autre exemple, chaque Etat a 2 sénateurs, quelle que soit sa taille).

Le meilleur pour la fin : « Techniquement », Hillary Clinton « pourrait » encore être élue, mais ça n’arrivera pas. Pas à cause de son avance en termes de votes populaires qui n’entre pas en ligne de compte, mais par les grands électeurs. En effet, rien ne les oblige vraiment, si ce n’est des amendes ou des peines légères dans certains états, à suivre le vote populaire. Mais au delà du mécanisme, cela n’arrivera jamais : C’est évidemment très mal vu et on ne compte qu’une dizaine de cas de « rogue » ou « faithless electors » dans toute l’histoire américaine; ici, il en faudrait quarante d’un seul coup, quarante Républicains d’états ayant voté Républicain votant pour Hillary Clinton ? Rasseyez-vous, cela n’arrivera pas*.

– Pour ceux qui « craignent » l’élection de Trump au point d’oser certaines comparaisons aussi hâtives que déraisonnables, sachez que les institutions américaines sont extrêmement solides et les pouvoirs présidentiels très, très encadrés, jusqu’à un possible « empeachment » (dégagement forcé à coup de pied symbolique quelque part) en cas de vrais dérapages intempestifs (cela n’est jamais arrivé mais plusieurs présidents ont senti passer le vent du boulet, comme un certain Bill Clinton)

Pour le reste, wait and see.

  • Ajout du 17/11/16 : Après examen plus approfondi de l’histoire du collège électoral américain suite à la rédaction de ce bref article (comme quoi on n’a jamais fini d’apprendre !), il s’avère que le nombre de cas de « Faithless electors » est plus important qu’annoncé initialement. Cf. un article consacré au sujet par Libération ce jour. Au total, pour une raison ou une autre, ce sont plus de 150 votes de grands électeurs qui n’auront jusqu’ici pas été conformes au serment initial, mais dans des circonstances très diverses : environ la moitié sont dus au décès d’un candidat entre l’élection populaire et celle du collège électoral, et donc d’un refus de reporter le vote sur un nouveau nom. D’autres cas portent sur la nomination du vice-président, et non du président, d’autres se traduisent par une simple abstention et quelque-uns peuvent être imputés à une erreur de vote. Au total, ce sont environ 80 grands électeurs qui auront en un peu plus de deux siècles voté véritablement et ostensiblement « contre » le ticket choisi par les électeurs de leur Etat. Depuis 2000, on compte seulement une abstention de protestation et une « erreur » anonyme ayant d’ailleurs conduit le Minnesota à renforcer sa législation évitant la « trahison » du vote populaire. La conclusion reste donc la même : bien que « techniquement » possible, le retournement du collège électoral en faveur d’Hillary Clinton est quasiment inenvisageable autant en termes pratiques que strictement politiques.  
Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans Histoire, Humeur, Médias, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s