La Guerre de Sécession par Elisée Reclus

elisée reclusParmi les ouvrages reçus ces dernières semaines, une « Histoire de la guerre de Sécession aux Etats-Unis » estampillée de l’impérissable nom de l’immense géographe Elisée Reclus (1830-1905, Girondin d’origine, de Ste Foy la Grande, ce qui n’est pas sa moindre qualité) a immédiatement gagné ma table de chevet. Je dois confesser que le petit mot  ambigu accompagnant l’ouvrage « de la part de l’auteur » a été l’occasion d’un petit frisson passager suivi d’un petit sourire. Que le maître soit donc ici publiquement remercié de cet immense honneur, où qu’il soit…

Au delà du clin d’oeil et beaucoup plus sérieusement, cette édition mérite toute l’attention et a bien entendu fait l’objet d’un beau travail de préparation et de présentation de la part d’un chercheur de l’université de Genève, Federico Ferretti, spécialiste d’Elisée Reclus et plus largement de l’histoire et de l’épistémologie de la géographie.

Elisée Reclus, l'un des pères de la géographie moderne, socialiste et (un peu) communard, dont l'oeuvre est universellement connue et reconnue

Elisée Reclus, l’un des pères de la géographie moderne, socialiste et communard, dont l’oeuvre est universellement connue et reconnue

On regrettera peut-être le titre un peu trompeur (visibilité oblige). Le lecteur à la recherche d’une authentique complète et moderne « Histoire de la guerre de Sécession 1861-1865 » trouvera en réalité une approche composite et partielle constituée de deux gros articles de Reclus parus dans la Revue des Deux Mondes portant sur les années 1862 – 64 et 1864 – 65 précédés et complétés d’un récit-chronique du Prince de Joinville (sous le prête-nom, et peut-être avec le concours direct de son ancien précepteur Auguste Trognon), mais limité à la campagne de la Péninsule de McClellan au printemps 1862. Exit donc de larges pans de la guerre et les nombreux questionnements de l’historiographie moderne notamment sur les causes, le déclenchement et l’interprétation du conflit. Pour une authentique histoire générale de la guerre de Sécssion, on se réfèrera en Français aux traductions de Bruce Catton (Payot 2002), J. McPherson (Laffont 1992), John Keegan (Perrin 2011) ou encore au très bon petit Que Sais-je de Farid Ameur (PUF 2013). Par ailleurs, si aucun appareil critique ou explicatif n’accompagne directement les textes, cette lacune est utilement compensée par une longue et très utile introduction ainsi qu’un corpus d’annexes et de références bibliographiques dont une (très brève) chronologie générale du conflit et une poignée de petites notices biographiques de quelques-uns des principaux acteurs.

"Oncle Joinville",  fils de Louis-Philippe accompagnant ses neveux le Comte de Paris et le Duc de Chartresparticipant à la campagne de 1862 aux côtés du général McClellan.

« Oncle Joinville », fils de Louis-Philippe accompagnant ses neveux le Comte de Paris et le Duc de Chartres participant à la campagne de 1862 aux côtés du général McClellan.

Ces précisions établies, ces textes méritent indéniablement d’être lus, non seulement pour la qualité de plume et la puissance d’analyse du grand géographe, mais aussi pour disposer d’un éclairage direct quant à la perception immédiate en Europe de cet immense conflit américain, qu’on qualifie parfois hâtivement « d’ignoré ». Parmi les reflexions reflétant cette perception européenne parfois incrédule, la magnanimité du vainqueur autant que la remarquable stabilité des fondements démocratiques et républicains américains figurent en bonne place :  « On avait souvent répété que le premier résultat de la guerre serait de livrer les libertés américaines à un soldat heureux, et voilà que le général le plus populaire courbait la tête devant le désaveu d’un magistrat civil » écrit ainsi Reclus à propos du camouflet subi par le général Sherman qui avait naïvement négocié des termes partiellement politiques pour la reddition de l’une des dernières armées confédérées.

Autre fait remarquable et de grand intérêt, tant Joinville / Trognon que Reclus fondent ou alimentent leurs écrits sur un expérience personnelle directe. Reclus a parmi ses nombreux voyages vécu pendant des mois aux Etats-Unis comme précepteur des enfants d’un planteur de Louisiane et a donc une expérience pratique, concrète et fondatrice de certains aspects de sa pensée et de ses convictions, de la société esclavagiste du Sud antebellum.

appomattox-1L’ensemble du texte est évidemment marqué d’un très fort biais unioniste assumé et fourmille d’analyses politiques et sociales en plus du descriptif des faits miltaires. Il se lit avec un réel plaisir et je ne résiste pas à un petit extrait décrivant les derniers jours de la campagne d’Appomattox en avril 1865 : « C’est alors que Grant demanda au général Lee la reddition de son armée. Sans hauteur, sans fantaisie théâtrale, sans vaines réminiscences classiques, le modeste vainqueur exposait simplement la situation, et par des paroles empreintes d’un mâle bon sens il conseillait à son adversaire de se rendre. Lee, qui la veille encore était le bras droit d’un empire, ne rejeta point d’une manière absolue les propositions qui lui étaient faites, il prétendit seulement que le temps n’était pas encore venu de les lui faire, et, comme un lion enfermé dans une arène, il chercha quelque issue à travers les lignes fédérales. Grant néanmoins poursuivit ses ouvertures pacifiques et le 9 avril Lee capitula au nom des 25000 hommes qui lui restaient encore de son armée jadis si brillante. »

Un ensemble dense et qui mérite indéniablement de figurer dans la bibliothèque non seulement des amateurs de la guerre de Sécession mais aussi et peut-être surtout de ceux d’histoire politique et sociale du XIXe siècle, pour la compréhension de Reclus lui-même, la construction de sa pensée politique émancipatrice et sa perception du conflit américain et de ses implications dans le contexte du Second Empire.

Reclus (E), Histoire de la guerre de Sécession aux Etats-Unis (1861-1865), édition établie par Federico Ferretti, Pocket, Agora, 2014.

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans Histoire, Histoire militaire XIXe, Publications, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s