Les chiens de Custer !

Custer et son chienLes chiens de Custer ! Voilà un nom qui pourrait sonner comme celui d’une unité d’assaut type « douze salopards » plus regardante quant à ses résultats que ses méthodes. Mais non. Ce sont juste des chiens. Ceux de Custer.

Car le Cliophage ne reculant décidément devant rien a décidé ce jour d’être à la fois prosaïque et de céder quelque peu à la mode, que dis-je, la déferlante animalière sévissant depuis des mois sur les réseaux sociaux. Pour autant, cultivant un esprit de rebellion que n’aurait pas renié Pierre Desproges évoquant les chanteurs engagés critiquant Pinochet à 10000 kilomètres de Santiago du Chili (ou Poutine à 3000 kilomètres de Moscou mais ça fera grincer plus de dents), il a de même décidé de résister à la félinophilie ambiante irrationnelle et galopante pour évoquer des… chiens. Ceux de Custer (bis)

Custer-with-GreyhoundsOr donc, le général George A. Custer (1839 – 1876), celui là même qui fut tué à Little Big Horn en 1876 après avoir été une étoile montante de la cavalerie nordiste pendant la guerre de Sécession; celui-là même qui reste l’une des figures de légende, révérée ou honnie, de l’Ouest américain; Custer, donc, ainsi que sa femme*… adorait les chiens. Le mot n’est pas usurpé. Presque toutes les photographies du dernier de la classe de West Point cuvée 1861 le montrent en compagnie de chiens de toutes races, dont nombre de lévriers, avec des noms rappelant souvent des figures militaires de la lointaine Europe tels Cardigan ou Blücher (Grant avait bien appelé un de ses poneys Jeff Davis…).

George_Armstrong_Custer_and_Elizabeth_Bacon_Custer_-_Brady-HandyCuster les utilisait non seulement pour chasser bien sûr, mais s’en entourait en toutes circonstances et partout, à la maison, dans ses différents cantonnements et jusqu’à son quartier-général. Le couple n’eut pas d’enfants mais, dit-on, jusqu’à 80 chiens, refusant absolument de se débarrasser ou de donner les nombreux chiots. Aucun d’entre eux n’accompagnait cependant « cheveux de feu » lors de la funeste journée du 25 juin 1876 qui vit sa dernière bataille face aux Sioux de Sitting Bull et de Crazy Hose.

Voilà. Et alors ? Alors rien. Custer aimait beaucoup les chiens.

* Mme Custer (Elisabeth Bacon)

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans Autour de l'histoire, Histoire, Histoire militaire XIXe, Humeur, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s