Citation du jour : 1914 – Quand le « Poilu » s’ennuie…

guerre-de-14--repos-soldats« Quoi qu’on fout tout l’long du jour ? Rien, rien, rien. Quante on s’réveille, on attend d’becqueter ; quante on a becqueté, on pense à r’commencer. L’temps vous dure à force qu’il est vide. Des fois, on écrit aux vieux : ça distrait ; mais faut pas abuser, crainte du cafard ; et puis on n’peut pas tout leur dire… Alors on reroupille, on ouvre un œil quante ça bombarde, les deux quante les cuistots s’amènent ; et puis on roupille encore… On vit pas seulement à moitié, on d’vient tout mou… Et quoi qu’on y peut ? Juste dalle !… »

Le soldat Pannechon, le 23 octobre 1914, in Maurice Genevoix, Ceux de 14, Points Seuil (Via CRID1418).

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans 1ère guerre mondiale, Citation, Documents, Humeur, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s