Citation du jour : D’une guerre à l’autre, Roland Dorgelès, 1939.

Dorgeles_Roland

« A la précédente guerre, certains tranche-montagnes de la grande presse nous rendaient enragés avec leurs couplets héroïques et cette manie de nous dépeindre comme de joyeux trompe-la-mort uniquement préoccupés de charges à la baïonnette et de rations de pinard. La tâche nous reviendrait de brosser de nos cadets des portraits plus fidèles.»

Cette citation illustre le poids psychologique du « bourrage de crâne » des « baveux » de la presse censurée en 14-18. En 1939-40, nombre des correspondants de guerre – dont Roland Dorgelès, engagé volontaire 1914, fantassin puis aviateur, avant d’entamer une carrière de journaliste et d’écrivain (Les Croix de bois, 1919) – sont des anciens combattants, répugnant à user des mêmes méthodes à l’égard de leurs successeurs sous l’uniforme. La censure veille, mais l’empathie évolue, loin des envolées patriotiques creuses si éloignées des réalités du front et si mal ressenties par les « Poilus ».

Roland Dorgelès, correspondant de guerre sur le front de la ligne Maginot en 1939-40, in « La drôle de guerre » (dont il a inventé l’expression dans un articles, Plon, 1957, p14

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans 1ère guerre mondiale, 2e guerre mondiale, Citation, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s