Batailles & Blindés 57 : sous le signe du Panzer 45, mais pas que…

bataillesetblindes057Sortie du 57e numéro de Batailles & Blindés, qui selon la jolie formule employée par le site 3945km.com cultive cet « art consommé d’aborder des classiques sous un angle original ou des raretés sous un angle classique. »

Je contribue pour ma part à ce numéro par la seconde catégorie, via le récit de la bataille de Vienne d’avril 1945, sans réinterprétation fracassante mais il s’agit sans doute de l’un des épisodes majeur les plus méconnus de cette fin de guerre. Début avril 1945 en effet, les feux des projecteurs, après avoir été tournés vers la Poméranie et Budapest, s’orientent plutôt vers les Hauts de Seelow et la bataille de Berlin qui se prépare, négligeant le plus souvent le front de l’Ostmark (nom de la « province » autrichienne du Reich entre 1938 et 1945) et la chute de la vieille capitale impériale au cours d’une offensive combinée à front renversé contre lesquels les résidus des quelques divisions de Panzer et de Panzer SS coudoyant quelques adolescents survoltés de la HJ et de « vieillards encombrants » du Volksturm ne peuvent guère faire grand-chose… si ce n’est précipiter la destruction d’une partie de la ville. Un modèle d’offensive dans un genre désormais remarquablement maîtrisé par l’Armée rouge.

Le dossier du numéro est une sorte de corollaire puisqu’il est consacré à la Panzer-Division modèle 45, autant dire une peau de chagrin; non que l’Allemagne manque autant de matériel qu’on l’écrit parfois (et d’ailleurs encore un peu ici), mais en ce qu’elle est en « flux tendu », incapable de tirer parti efficacement de ses ressources faute d’équipages, d’essence, de voies de communication, et multipliant les pertes par abandon faute de pouvoir rester maîtresse des champs de bataille. Très riche et complet, par Hugues Wenkin.

Le reste du numéro varie les approches, les angles et les pays à défaut des périodes : un blindorama spécial Australie (sujet rare), un article sur l’infanterie américaine en action antichars rapprochée (vous avez dit Bazooka ?), les débuts tactiquement lamentables du Tiger à Léningrad et une biographie du général de Vernejoul, « patron » de la 5e DB, la division au cheval cabré sans doute la moins connue des trois grandes formations blindées françaises reconstituées à partir de 1943.

Iranian_Soldiers_in_Trench_WarfareEnfin, un seul mais fort intéressant article hors Seconde guerre mondiale dans ce numéro : Susangerd ! Kezako ? Une bataille de chars en 1981 pendant la guerre Iran-Irak, à quelques encablures des images largement justes mais un peu réductrices de guerre de tranchées statique associées à ce conflit (Par Tom Cooper et Adrien Fontanellaz)

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans 2e guerre mondiale, Histoire militaire XXe, Mes publications, Publications, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Batailles & Blindés 57 : sous le signe du Panzer 45, mais pas que…

  1. PORTE dit :

    Fm : REMY
    Je profite de ce billet pour vous demander si vous seriez éventuellement sur Paris le MERCREDI 16 OCTOBRE pour le café historique de La Chouette sur le thème « L’HISTOIRE SUR LE NET » dont nous avions parlé en juin-juillet ?
    Amicalement et à très bientôt.
    REMY

    • Cliophage dit :

      Bonjour et merci de votre message. Je vous confirme que je ne pourrai y être, malheureusement. Encore une fois, très belle initiative; je souhaite à tous les participants de fructueux échanges.
      Amicalement
      VB

  2. lannessubotei dit :

    Bonjour

    Pas encore lu mais un excellent numéro de prime abord avec des sujets très intéressant, il faut que je termine le très bon livre sur la guerre germano-soviétique mais 800 pages à une moyenne de 30 par jours il me faut un peu de temps.
    Je ne suis pas un rapide

    Christophe

  3. Cliophage dit :

    Bonjour et merci pour ce message. Excellent livre sur la guerre germano-soviétique, d’autant plus qu’il n’y a pas d’équivalent en français, je suis bien d’accord. Le genre que je conserve précieusement à proximité immédiate de mon bureau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s