Citation du jour : Charles de Gaulle et le blues du fantassin, juin 1915

degaulle19151915. Charles de Gaulle est un jeune officier subalterne dans les tranchées de l’Aisne, exprimant comme tant d’autres la rancœur du fantassin devant l’inégalité des armes face à la mort qui rôde (l’infanterie représente 67% des effectifs en 1914 et 45% en 1918 mais plus des trois-quarts des tués) :

« L’artilleur est un malin. L’artilleur est un taupin. Il en a gardé l’esprit. […] L’existence de l’artilleur est confortable. Combien rarement il change de place ! Il a des cagnas magnifiques, à l’épreuve de tous les obus. Tout ce que l’arrière envoie à l’avant comme tôles, rondins, planches etc. passe au travers des lignes de l’artillerie qui y puise d’abord ce qui lui convient et tolère que le reste pousse jusqu’à l’infanterie. 

L’artilleur ne porte rien sur son dos. Il a pour lui force chevaux et voitures. Aussi peut-il y installer bien des choses : mobilier, vaisselle, bibliothèque. Ainsi, l’artilleur ne s’ennuie pas, bien qu’il n’ait que si peu de choses à faire ! Il dit volontiers, « cette guerre est une guerre d’usure », et comme il ne faut pas s’user, l’artilleur s’occupe avant tout de manger, boire et dormir. Sortant de table bien disposé, il va faire un tour de ses pièces. Il envoie quelques rafales sur les fantassins ennemis, rend compte qu’il a bombardé des tranchées et détruit un blockhaus. Puis il va faire un bridge. »

Charles de Gaulle in Lettres notes et carnets, 1905-1918, Plon, 1980, p185

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans 1ère guerre mondiale, Citation, Histoire militaire XXe, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Citation du jour : Charles de Gaulle et le blues du fantassin, juin 1915

  1. Une citation très intéressante, merci.

  2. Cliophage dit :

    Bonjour et merci pour ce message. Le texte intégral dont est tiré cet extrait (ainsi que bon nombre de ses écrits de jeunesse d’ailleurs) valent vraiment le détour, tant pour l’auteur que pour le contexte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s