Citation du jour : le rôle simple (et tout d’exécution dirait l’autre) du général en chef selon Robert Lee

Robert Lee« Je pense et travaille de toutes mes forces pour amener les troupes au bon endroit et au bon moment; alors ai-je accompli mon devoir. Aussitôt que je leur ordonne de livrer bataille, je laisse mon armée entre les mains de Dieu ».

Robert E. Lee, in Connoly (T.L), The Marble Man, Louisiana State University, 1978, p 199

De Dieu… et de quelques éminents lieutenants quand même, Jackson le « mur de pierre » et Longstreet le « vieux grognard » tout particulièrement. Ce qui n’empêchera d’ailleurs pas Lee sous ses dehors de Pilate des champs de bataille de revêtir occasionnellement les oripeaux de l’officier de terrain.

Pour autant, une maxime reste une maxime, et celle-ci éclaire assez bien, et en peu de mots, à la fois le militaire – souvent vu hâtivement comme un simple et brillant « tacticien » –  et l’homme – souvent vu, cette fois fort justement, comme un dévot confit dans la piété (quoiqu’un peu sur le tard et à la mode sudiste, s’entend).

Bref, pourquoi s’en priver ?

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans Citation, Histoire, Histoire militaire XIXe, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s