Jeu & citation du jour : De l’art de la fanfaronnade justifiée ou non

piOn prête à un certain général d’un certain pays à une certaine époque la citation suivante, peut-être déformée ou amplifiée par la postérité, la question est discutée, mais dont la teneur correspond tout au moins à sa personnalité et à ses ambitions :

« J’ai la meilleure armée de la planète, la meilleure sur laquelle le soleil ait jamais brillé. Si l’ennemi ne fuit pas, puisse Dieu lui venir en aide. Puisse Dieu avoir pitié […] car moi, je n’en aurai aucune ».

Petit jeu gratuit sans obligation d’achat (et comme d’habitude sans autre récompense que ma considération distinguée) : Qui ? Quand ? Où ? Pitié de qui ? Quelle degré de validité pour ce jugement quoi qu’il en soit particulièrement péremptoire ?

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article a été publié dans Citation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Jeu & citation du jour : De l’art de la fanfaronnade justifiée ou non

  1. Est-ce que c’est un prussien ?

  2. Maxime dit :

    Joseph Hooker?

    • Cliophage dit :

      Et voilà une petite énigme qui n’aura pas tenu bien longtemps. En effet il s’agit du général nordiste « Fighting Joe » Hooker au moment de lancer son offensive du printemps 1863, pour laquelle il se donne lui-même 80% de chance de succès, contre l’armée de Robert Lee. Malgré des effectifs doubles de ceux de son adversaire, ce sera finalement la cuisante humiliation de Chancellorsville (en partie compensée il est vrai par la mort de Stonewall Jackson).

      Comme quoi un peu moins de grandiloquence déclarative et un plus de nerfs sur le terrain peuvent parfois être bien utiles, et pas seulement pendant la guerre de Sécession.

      Bravo et merci d’avoir joué 😉

      • Maxime dit :

        Ha ha, j’ai eu un doute car je connaissais la dernière phrase mais pas la première partie de la citation. Pas de chance pour Fighting Joe, dans les 20% restant, il y avait Stonewall Jackson 😉
        La confiance de Hooker est quand même justifiée à l’origine. Il a effectué une belle reprise en main de l’Armée du Potomac après des mois de démoralisation. Ses services de renseignements lui donnent un tableau quasi-exact de l’armée rebelle. Sa manoeuvre, complexe mais bien ingénieuse, surprend Lee. Au final, la meilleure explication de la défaite de Chancellorsville reste celle de Hooker lui-même « Hooker a perdu confiance en Hooker » 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s