World of Tanks : phénomène ?

Pas grand chose à voir avec l’histoire et je débarque peut-être surement 🙂 mais je viens de découvrir l’existence d’un jeu multijoueur en ligne gratuit (enfin plutôt sans abonnement puisque selon ce modèle économique, passé un certain seuil de découverte la nécessité d’acheter des éléments de jeu pour rester performant est quasi impérative) baptisé « World of Tanks » produit par Wargaming.netIl s’agit d’ailleurs apparemment de l’un des chaînons d’une série plus large qui doit comprendre un équivalent naval (world of battleships) et aérien (world of warplanes)

Ah ? Répondrez-vous d’une voix distraite. Oui insisterai-je, et même qu’il y est question de… chars.  Pour changer des FPS (First Person Shooter) classiques où l’on tiraille à qui mieux mieux à coups de fusils d’assaut et de lance-grenades, il s’agit cette fois de monter dans la tourelle d’un B1, d’un Sherman, d’un T34, d’un Jagdtiger d’un AMX-13, d’un Pershing ou de quelques dizaines d’autres engins « réels » ou n’ayant pas dépassé le stade du projet dans les années 30-50, avec pour but avoué de réduire en petit (ou gros) tas de tôle les machines des adversaires croisés sur le terrain. A coups d’obus AP s’entend, plus ou moins gros selon le modèle. Je ne m’y suis pas (encore ?) essayé et je ne parlerai donc pas des mécanismes (gameplay) ni de l’environnement du graphisme ou d’une manière générale des aspects purement ludiques. Tout au moins peut-on dire que techniquement ça a l’air « bien fichu » (vous aurez noté mon degré d’expertise en la matière).

Ce que j’ai aperçu sur le principe c’est que la gamme des blindés disponibles est large, en constante expansion, classée par nationalité (Soviétiques, Allemands, Américains, Français et même… Chinois) et catégorie (léger, moyen, lourd, chasseur de chars, canons automoteurs), avec des tas de détails techniques adaptés aux mécanismes du jeu et qui font plus ou moins lever le sourcil mais qui se donnent des airs de grande précision (on ne tire pas au « 75 » mais 7,5 cm KwK 42 L/70 ou au 75mm Gun M3L/37). Elle ratisse en outre très large et joue allègrement l’anachronisme et l’anhistoricisme : chez les « légers » français ça va par exemple du Renault FT à l’AMX 13/90; chez les lourds allemands on commence avec un bon vieux B1 français de capture, si si, et on finit avec le E-100 qui pour le coup devient réalité, en passant  par les inévitables Tiger, le Maus et toute une floppée de Schweres qui n’ont jamais vu le jour. On peut également améliorer son engin pièce par pièce – moteurs, suspensions, tourelle, canon… (classique principe de « l’upgrade » propre à ce genre de jeux) dans des proportions qui confinent au fantasme pour l’amateur de blindés; le tout moyennant des résultats sur le terrain et/ou des achats avec des vrais sous dans la boutique du jeu. L’aspect multijoueur est omniprésent, et l’on peut former des clans pour se mettre joyeusement sur les chenilles par zug ou par peloton…

Bref il s’agit d’un produit vidéoludique de consommation de masse à vernis historique (plus ou moins bien restitué, n’ayant pas joué je n’ai pas d’avis) et à gros canons comme il y en a bien d’autres mais qui se distingue par sa thématique – le combat de chars – et son approche – à la fois technique, tactique et collaborative, rappelons qu’il s’agit d’un jeu multijoueurs et même un MOBA ! (Multiplayer Online Battle Arena) comme disent les Anglo-saxons enrhumés,  propre à nous évoquer bien des choses. L’engouement, qu’il soit passager ou pérenne semble bien selon les échos remontés jusqu’à mes oreilles dépasser en tout cas de très loin le petit cercle des amateurs d’histoire militaire, de wargames, de tactiques, de chars ou même les simples habitués des jeux à prétexte historique.

Parmi eux se trouvent peut-être quelques futurs lecteurs de Batailles & Blindés, Guerre & Histoire, GBM, 2e guerre mondiale, Ligne de Front ou Champs de bataille… Allez savoir, après tout, fut-elle dérobée, une porte vers l’histoire militaire, vers l’histoire tout court, est toujours une porte non ?

Quoi qu’il en soit, l’existence de cet ovni m’a suffisamment interpellé pour être à l’origine de ce billet. si vous avez testé et quelles que soient vos impressions, n’hésitez pas à venir les faire partager.

crédit images : wargaming.net 

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans 2e guerre mondiale, Autour de l'histoire, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour World of Tanks : phénomène ?

  1. lannes dit :

    Bonjour
    Moi aussi j’ai me suis laissé tenter par ce jeu et je me régale bien, c’est vrai que pour un puriste ça peut faire drôle d’avoir du panzer, des chars russes, français et américains dans le même quand mais c’est drôlement addictif.
    Graphiquement c’est très chouette et assez bien optimisé ça lag pas trop.
    En tout cas je m’amuse bien et c’est le principale.

  2. Cliophage dit :

    Bonjour et merci pour ce commentaire.
    C’est bien là l’essentiel en effet. Entertainment rules ! En tout cas ceux que je vois « y toucher » (et pas seulement des hommes d’ailleurs) semblent conquis, y compris sans avoir à la base la moindre inclination ni le moindre intérêt particulier pour le thème. Quant à moi je n’ai pas vraiment le temps ni l’envie (ni sans doute même le matériel adéquat) pour m’y lancer pour le moment, mais comme l’illustre votre commentaire c’est indéniablement efficace. 😉

  3. lannes dit :

    Perso je joue pas beaucoup non plus, j’ai 4 chars et je fais une partie de chaque environ par jour, et comme ça dure pas trop longtemps c’est pas chronophage.

  4. Nicolas PONTIC dit :

    Bonjour,

    J’y jouais encore beaucoup il y a quelques temps et j’avais même eu un temps un compte presse qui me permettait de jouer à tous les chars. C’est très immersif, les modèles de combat et les graphismes sont particulièrement bien représentés. Cela reste tout de même de l’arcade tactique et non de la simulation, donc abordable par le plus grand nombre.
    L’interet est le jeu en équipe, car l’on peut constituer des peletons et des compagnies de joueurs et avec un micro et les différents type de chars, que l’on peut combiner, on peut tenter de monter des tectiques de combat efficaces et réalistes (embuscade, avance avec couverture mutelle, découverte des cibles pour l’artillerie etc…).

    Chaque pays représenté a ses propres atouts et désaventages : les américains rechargeant vites, les russes sont rapides mais visent lentements etc…
    Cepandant, le jeu est russe et cela se sent : à « tiers » égaux et historiquement parlant, les chars allemands ne sont pas impressionnants tandis que les chars soviétiques de fin de guerre ou prototype sont particulièrement puissants… Les Américains aussi sont trop avantagés à mon gout (plus gros marché).

    Petit regret, mais historicité oblige : l’arbre technologique français est pauvre, du fait que beaucoup de chars qui auraient pu être développés pendant la guerre son restés au stade de la planche à dessin ou de quelques prototypes. Mais paradoxallement, les quelques chars réels du début de guerre (B1, H39 etc) sont plus puissants que leurs équivalent en « tiers » historiques ce qui fait qu’ils s’en tirent bien dans la pluspart des batailles (c’est avec eux que j’ai fait mes plus gros scores).

    Clio, si tu prends un compte (c’est gratuit), ne serait-ce que pour essayer et le « fun », contact moi, je t’initierai 😉

    • Cliophage dit :

      Jouer ??? Mais tu n’y penses pas, j’ai du travail moi 😉

      Blague à part, merci pour ces éclaircissements. Je n’ai jamais été a priori très fan de jeux tactiques mais qui sait (je serais plutôt axé sur les jeux type http://www.ageod.com/fr/ à mes moments perdus, en particulier l’American Civil war vraiment pas récent mais que je trouve très réussi).
      Je crains de toute façon d’être matériellement un peu juste pour WoT niveau performances du bouzin. Je retiens la proposition de parrainage qu’il en soit 😉

  5. Cliophage dit :

    Voilà, j’ai craqué 🙂

    C’est assez amusant voire addictif – parties très brèves, meurtrières, sur des terrains variés; impressions différentes d’un engin et d’une partie à l’autre; système de progression qui donne toujours envie d’aller un peu plus loin… efficace.
    On ne peut guère parler de « réalisme » évidemment, ne serait ce que pour des questions d’environnement, d’échelle ou pour une myriade d’autres éléments tel le « tir en mouvement » voire en pleine course qui rappelons le était au mieux exceptionnel pendant la 2e GM et encore bien difficile après; mais l’enrobage est suffisamment bien fichu pour être immersif. Petit regret pour l’absence (momentanée ?) de mode de jeu par nationalités et « période » homogène (Prohkorovka avec des AMX-13 et des Patton dans les deux camps c’est amusant, mais avec des T-34 d’un côté et des Panther de l’autre, ça le serait sans doute plus)

    Bon, pour éviter tout soupçon de « German Bias », je joue exclusivement sur du matériel français « réel » ou type planche à dessin jamais réalisé… D2, B1, canon auto sur châssis Lorraine, antichars sur chenillette Renault, AMX 40… Solide mais Grand Dieu que c’est lent et il faut du courage parfois pour se promener à 12 km/h avec un vieux lance-patates de 37 ou un lance-pierres de 47 contre des KV ou les protos de Panzer lourds qui pullulent !!!

    Bref, j’ai craqué 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s