Mai 45, Berchtesgaden – Qui a gagné la course au nid d’aigle ?

Ligne de Front n°36En voilà une drôle de question. Si je la pose, c’est que personne n’est en mesure d’y apporter une réponse claire, complète et exacte, et surtout pas S. Ambrose dans son célèbre (et d’ailleurs à bien des égards remarquable) « Band of brothers » plus connu ici pour la série télévisée éponyme diffusée sur France 2 il y a… il y a … quelques années.

Tuons d’ores et déjà le suspens : non les paras de la Easy Company de la 101e airborne ne sont pas les premiers à Berchtesgaden début mai 1945.

(Un lecteur averti au fond de la salle) – Ah ah, je savais bien,  ce sont donc les « Leclerc » !

(Le Cliophage) – Non plus.

(Lecteur) – Comment ? Ce n’est pas la 2e DB qui s’est emparée du Berghof hitlérien le 4 mai 1945 ?

(Cliophage) – Si, d’une certaine façon.

(Lecteur) – Vous vous moquez de moi ?

(Cliophage) – Non, je ne me permettrais pas. Disons que c’est plus compliqué. Et d’abord, posez vous la question : c’est quoi exactement le « nid d’aigle ? ».  Lisez donc pour le savoir le numéro 36 de « Ligne de Front » où je consacre quelques pages à cette fameuse « petite course entre alliés » en complément de mon article consacré au mythe de l’Alpenfestung, qui fit trembler le commandement allié jusqu’à son sommet à la veille même de la victoire.

Une nouvelle (bonne ou mauvaise, au choix de chacun) arrivant rarement seule, je vous signale également la publication du numéro 44 du magazine « 2e guerre mondiale » dans lequel je signe le dossier de couverture. Je tente d’y apporter quelques éléments comparatifs pour éclairer une question souvent posée, jamais résolue de façon définitive, et pour cause, mais passionnante en ce qu’elle pousse à s’interroger toujours plus profondément sur les mécanismes infiniment complexes de la guerre dans toutes ses dimensions : les erreurs stratégiques allemandes de la Seconde guerre mondiale.

Un dernier mot en passant, vous aurez sans doute noté la relativement faible fréquence des mises à jour du blog qui tient – comme c’est original – à un manque de temps certain. L’une des raisons est un projet de longue haleine, pour le moment ultra secret, qui devrait changer la face du monde, et qui absorbe d’ores et déjà une grande partie de mon énergie. Plus d’infos dans les mois à venir. Et non, ce ne sera pas « German biased » 😉

Publicités

A propos Cliophage

Historien et Journaliste; Spécialiste d'histoire militaire contemporaine (XIXe - XXe siècle), défense & plus si affinités
Cet article, publié dans Documents, Histoire militaire XXe, Mes publications, Publications, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Mai 45, Berchtesgaden – Qui a gagné la course au nid d’aigle ?

  1. Bir-Hacheim dit :

    Je n’ai pas encore lu les articles mais le sommaire de ce Ligne de Front 36 m’a paru bien alléchant ! Bravo ! Je suis en train de finir Les guerriers du froid de Catherine Merridale. Intéressant mais pas « pro soviet bias » Bon week-end ! 😉

  2. Cliophage dit :

    Bien le bonjour M. le rombier 😉

    Pas encore Merridale dans ma bibliothèque mais très intéressé par l’approche qui complète (enfin) par le sol le réexamen complet de l’Armée rouge de ces dernières années. Dans le même ordre d’idée, les carnets de guerre de Vassili Grossman (passés au filtre de Beevor) m’avaient fait (et me font toujours d’ailleurs) forte impression.

    Quant à LdF 36, ils font du bon boulot en général les pt’its gars de chez Carak. C’est d’ailleurs une idée de Yann Mahé de m’avoir fait greffer deux pages consacrées à la « course au nid d’Aigle » pour compléter mon article sur la redoute bavaroise.

    Et bon week-end également

  3. C'est pas moi, c'est l'autre ! dit :

    Moi je sais, moi je sais, moi je sais pour le projet top secret intergalactique, que si j’en parle tu seras obligé de me tuer… Encore bravo à toi, Vincent 🙂

  4. Cliophage dit :

    Ne pas vendre la peau du (Brumm)bär avant de l’avoir tué mais merci 😉

  5. Onc' Francis dit :

    (Brumm)bär ? Horreur et stupéfaction ! Aux tranchées… heu… aux abris ! L’engin me rappelle une nuit blanche parsemée de coup de canons virtuels, de morts, d’éclopés,…. C’était il y a longtemps sur un forum aujourd’hui éteint où s’exerçaient les cliophages en herbe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s